Page introuvable

La page à laquelle vous tentez d’accéder n’existe pas ou a été retirée du site.

Retour à l’accueil
;
TV5Unis

Suivez-nous sur :

  • TV5 Unis TV

Applications mobile et TV

Conçu et développé parMirego
Ports d'attache - Carnet de bord Doha

Page introuvable

La page à laquelle vous tentez d’accéder n’existe pas ou a été retirée du site.

Retour à l’accueil
;
TV5Unis

Suivez-nous sur :

  • TV5 Unis TV

Applications mobile et TV

Conçu et développé parMirego
doha
De: Étienne Deslières
Date: 2 février 2013 18:31:57 HAE
Objet: je suis plus certain que j'ai bien compris...

Groupe, je suis rendu à l'hôtel ! Ça s'est plutôt bien passé aux douanes. L'agent ne m'a pas dit un mot, a pris ma photo, m'a fait payer mon visa puis c'est tout. Plus facile qu'entrer aux États-Unis en fait (bon, ok, c'est pas dur à battre…)

J'espère que la gestion des permis du QNA (Qatar News Agency) sera aussi simple… Je rencontre Sue (recherchiste) demain, mais elle n'aura pas les permis à ce moment-là. On doit se rendre au QNA lundi matin pour les ramasser, c'est ça ? Avec ou sans Susan ? Je n'arrive plus à retrouver l'info...

Pas grand-chose à dire sur la ville vu que je suis arrivé passé minuit et demi. L'exploration commence demain ! Je vous en reparle.

Dodo, à demain !

De: Étienne Deslières
Date: 4 février 2013 00:23:15 HAE
Objet: c'était trop facile

Les joies de la bureaucratie étrangère nous rattrapent. On ne peut pas dire qu'on ne l'avait pas vu venir. (Mais on ne peut pas dire non plus qu'on n'avait pas essayé…) On a beau avoir couru à gauche et à droite pour mettre la main sur les fameux permis, ça n'aura rien donné. Ce que Sue a pu nous fournir hier, juste à temps pour qu'on l'envoie à l'équipe pour qu'ils en reçoivent une copie avant de quitter le Vietnam pour s'en venir ici, n'aura servi absolument à rien.

Le directeur photo m'a texté vers 1h du matin pour me dire qu'ils venaient d'atterrir. Vers 1h50, juste quand j'allais finalement me coucher, François me rappelle pour me dire que le scan du permis qu'on leur avait envoyé par courriel ne suffisait pas. Il leur fallait la copie originale. Je me rhabille, descends à la réception, demande un taxi et me rends à l'aéroport. Pour ajouter au plaisir, le chauffeur s'imagine que je m'en vais à l'aéroport pour prendre un vol et m'amène au mauvais terminal. Rendu là, il m'apprend que son permis de taxi ne l'autorise pas à m'amener au bon terminal et il me laisse sur la route,  « pas très loin », et je me ramasse à finir le chemin à pied.

J’entre dans le terminal des arrivées. Sans aucun souci de sécurité, le gars au comptoir des renseignements me dit de prendre le corridor derrière la porte qui dit  « réservé aux employés ». Je m'y enfonce sans que personne m'arrête ou me demande ce que je fais là (!). Après avoir zigzagué dans 3 ou 4 corridors, j'aboutis accidentellement sur un groupe d'environ 9 ou 10 douaniers attroupés autour d'une table où repose tout notre équipement. Encore une fois, personne ne semble se soucier que je me pointe là, malgré que je sois arrivé par la porte d'en arrière… Les douaniers discutent comme s'ils étaient en break syndical. Je leur sors les papiers rapidement dans le but de retourner me coucher. Ils me regardent et sans se presser le moindrement, regardent les permis que je leur tends. Il se passe au moins 5 ou 6 minutes avant que l'un deux réagissent. Je finis par leur demander si ça va être long, et ils m'invitent alors à les suivre dans le bureau d'à côté. En y entrant, je vois que 3 des douaniers sont assis à boire du café et du thé en mangeant des dattes qu'ils pigent dans une immense chaudière remplie jusqu'au bord. Ils m'invitent à m'asseoir et m'offrent le café, que je refuse poliment (je veux juste aller me coucher !!!). Ils insistent. Sans façon. Ils insistent un peu plus, alors je me dis que je serais mieux d'accepter si je veux aider ma cause. Le café est super bon, mais ça n'arrange rien du tout: le gars m'annonce que mon papier n'est pas la copie originale mais plutôt une photocopie couleur. Ils sont obligés de confisquer l'équipement jusqu'à ce qu'on revienne avec la copie originale. Êtes-vous en train de me dire que je me suis levé pour rien ?!?

(Accessoirement, les gars se sont aussi fait confisquer les bouteilles d'alcool qu'ils avaient achetées avant de partir de Saigon… Décidément, la semaine va être longue !)

De: Étienne Deslières
Date: 4 février 2013 16:11:21 HAE
Objet: RE: c'était trop facile

Suite de la saga ce matin: on se rend au bureau du QNA pour essayer de mettre la main sur « l'original » (je me sens comme dans La Cité des Enfants Perdus…).

L'histoire se répète: après avoir attendu 20 minutes, le gars nous invite dans son bureau et nous offre gentiment le thé. Curieux, il nous pose des questions sur le Québec, nous raconte que son fils est déjà allé à Ottawa… Puis, il nous donne des épinglettes, des cartes postales, des brochures, tout le gros kit de l'office du tourisme quoi. Il a même un livre « ça d'épais » sur les mollusques du Qatar (sans blague !). Il nous jase ça tranquillement, comme pour faire durer le suspense… Va-t-on finir par avoir notre ti-papier pour aller chercher nos caméras à l'aéroport ???!?

Après un autre 20-25 minutes, nos vœux ont fini par être exaucés. François a pris un taxi pour l'aéroport, et moi j'ai passé la journée à essayer de rattraper mon retard dans mes rendez-vous de pré-entrevues. Mais l'important c'est que, demain, on va pouvoir commencer à tourner. Ouf !

De: Étienne Deslières
Date: 5 février 2013 16:44:39 HAE
Objet: décidément

1ère mondiale aujourd'hui dans l'histoire de Ports d'attache ! Il aura fallu 37 villes avant qu'on se fasse poser un lapin par une invitée qui ne s'est pas pointée. On l'a attendue plus d'une heure, mais y a quand même des limites à perdre notre journée quand on est ici à peine pour une semaine. En fait, je ne pense pas que c'était de la mauvaise foi. Dès la 1ere rencontre, je pressentais la confusion en elle. Mais comme elle n'a pas de téléphone, je n'avais aucune façon de la rejoindre…

On s'est revirés de bord assez vite. On en a profité pour faire des auto-promos, puis on a traversé la rue pour aller faire des images du Souq. Après, on a fini par aller prendre le thé avec un William, un Britannique qui est commissaire au Musée d'Art Islamique, ce qui nous a amené à faire la rencontre de Timothy, directement impliqué dans le projet de revitalisation du quartier Mushereib, qui était assis à la table d’à côté. On appelle ça un mal pour un bien…

À suivre…

Page introuvable

La page à laquelle vous tentez d’accéder n’existe pas ou a été retirée du site.

Retour à l’accueil
;
TV5Unis

Suivez-nous sur :

  • TV5 Unis TV

Applications mobile et TV

Conçu et développé parMirego

Les aléas lors du tournage d'une série documentaire aux quatre coins du monde peuvent souvent rendre une production très complexe. En contrepartie, la fébrilité et l'adrénaline en résultant permet à l'équipe de Ports d'attache de garder le cap et de revenir à la maison avec le matériel nécessaire pour monter des documentaires uniques et surprenants.

 

Afin de vous donner accès aux coulisses du tournage, voici quelques extraits de la correspondance entre les réalisateurs de la série et l'équipe de recherche et de coordination qui les soutient depuis Montréal lorsqu’ils partent à l'étranger.

Page introuvable

La page à laquelle vous tentez d’accéder n’existe pas ou a été retirée du site.

Retour à l’accueil
;
TV5Unis

Suivez-nous sur :

  • TV5 Unis TV

Applications mobile et TV

Conçu et développé parMirego